visuel_prevention_optm
19 janvier 2017

L’évaluation du risque « addictions », premier pas vers la prévention

L’évaluation du risque « addictions », premier pas vers la prévention

Les comportements addictifs représentent un risque professionnel majeur pour les entreprises. La consommation d’alcool et de tout produit modifiant le comportement est à l’origine de 15 à 20% des accidents du travail et mère de la moitié des accidents du travail mortels. Elle est également source d’absentéisme, de retards, d’altération des relations au sein de l’entreprise, de baisse de performance et de détérioration de l’image auprès des clients.

Évaluer les risques :

Avant de mettre en place des dispositifs de réduction des risques, il est désormais possible d’évaluer, en amont, les risques professionnels liés aux addictions.

Aujourd’hui, les employeurs ont pour obligation d’assurer la sécurité de leurs salariés (articles L.4121-1 du code du travail). Dans ce cadre, les pratiques addictives (chroniques ou occasionnelles) doivent être formalisées dans le Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUER), et accompagnées de mesures de prévention adaptées.

Malgré ces dispositions et l’existence de mesures de prévention, aucun outil d’évaluation ne permettait jusqu’ici de mesurer le risque lié aux addictions et donc de justifier ces actions de prévention.

L’addictomètre :

Etant donné la grande liberté d’initiative et de méthode laissée aux entreprises pour rédiger leur document unique (DUER), une option intéressante peut être la mise en place d’un «addictomètre», outil digitalisé d’évaluation des risques liés aux addictions*.

Simple et rapide, cet outil conçu pour les PME s’adapte à toutes les entreprises en tenant compte de leur taille ou de leur secteur d’activité. Certifié IPRP (Intervenant en Prévention des Risques Professionnels), le résultat de l’évaluation permet au chef d’entreprise, avant toute autre décision, d’accepter la réalité de ce risque auquel nul n’échappe.

Exemples d’axes de risques mesurés par le test :

  • A quelles occasions et dans quelles conditions les salariés peuvent-ils consommer de l’alcool ?  
  • Qu’est-il prévu en cas de situation de crise (exemple : une personne en état d’ébriété au retour d’un déjeuner d’affaires) ?
  • Quelles actions mettre en place en matière de prévention ?

→ Les résultats sont calculés et adaptés à chaque entreprise en utilisant des pondérations par sexe, par tranche d’âge, par CSP, par secteur d’activité et par région.

Le plus souvent, les entreprises réalisent alors à quel point elles ont sous estimé la place et le poids des addictions. La gestion par le déni, l’évitement par méconnaissance, de l’existence de solutions, peuvent être remplacés par des actions concrètes, efficaces et pérennes. La formation des managers, la sensibilisation des salariés, l’adaptation du règlement intérieur, la mise en place de dispositifs de prévention font partie des solutions à mettre en place.

Prévention des risques et retour sur investissement

Idée reçue : « la prévention, on sait ce que ça coûte, on ne sait pas ce que ça rapporte… ». Aujourd’hui, on le sait. Réduire les risques permet le plus souvent d’accroître la compétitivité de l’entreprise, en termes de productivité, de qualité, de notoriété… Une étude menée par l’association internationale de la Sécurité sociale (AISS) montre qu’une entreprise qui s’est engagée dans cette démarche peut espérer un retour potentiel de 2,20 euros pour chaque euro investi dans la  prévention. Une démarche à la portée de tous, des TPE aux plus grands groupes.

Déclencheur de prévention :

Excellent moyen de communication pour aborder cette problématique sensible et complexe auprès des managers, des salariés, des partenaires sociaux et des institutions de contrôle, l’addictomètre reste avant tout un déclencheur de prévention. Les entreprises qui voudront aller plus loin qu’un simple focus sur leur exposition au risque, pourront solliciter un audit plus poussé et obtenir les recommandations d’actions à mettre en œuvre ainsi qu’une certification IPRP qui témoignera de leur volonté de considérer ce risque au même titre que l’ensemble des autres risques professionnels.

*annexable au document unique

Ce contenu a été co-réalisé avec Hassé Consultants, partenaire du Groupe Henner.
http://hasse-consultants.com

henner

A propos de l'auteur : Henner

Le Groupe Henner développe des solutions innovantes en assurances de personnes et est le courtier leader en France sur le marché de l’assurance santé collective. Très présent à l’international, il compte 1 500 collaborateurs à Paris et en régions, en Europe, Asie, Afrique et Amérique du nord. Présent sur tous les segments de l’assurance de personnes (santé, prévoyance, retraite), le Groupe accompagne près de 10 000 entreprises de toutes tailles (TPE, PME, ETI, grands groupes) dans la conception et la gestion de leurs programmes de protection sociale au bénéfice de 1,5 million d’assurés et leurs familles.

HENNER

About HENNER

Le Groupe Henner développe des solutions innovantes en assurances de personnes et est le courtier leader en France sur le marché de l’assurance santé collective. Très présent à l’international, il compte 1 500 collaborateurs à Paris et en régions, en Europe, Asie, Afrique et Amérique du nord. Présent sur tous les segments de l’assurance de personnes (santé, prévoyance, retraite), le Groupe accompagne près de 10 000 entreprises de toutes tailles (TPE, PME, ETI, grands groupes) dans la conception et la gestion de leurs programmes de protection sociale au bénéfice de 1,5 million d’assurés et leurs familles.

  •